Rechercher
  • Jade

Interpréter les cartes "négatives" du Tarot


Le Tarot comporte plusieurs arcanes, dont certains redoutés par les praticien. Apprenez à décoder ces cartes.
Interpréter les cartes négatives du Tarot



Les fameuses “mauvaises” cartes. Les cartes négatives. Les “Oh non.” quand la carte sort...


Voilà. Ces cartes-là.


Ces arcanes qui nous mettent un peu mal à l’aise, que l’on redoute, ceux que l’on a pas vraiment envie de voir de suite dans notre tirage du jour. L’Arcane sans nom étant la star des cartes que l’on souhaite éviter à tout prix, la pauvre.

Mais d’autres cartes sont redoutées : Le Diable, La Maison-Dieu, le III d’Épées, le V d’Épées, le V de Deniers, le V de Coupes ou encore le X de Bâtons.


Des cartes pas super joyeuses, il y’en a dans le Tarot. C’est un jeu de cartes qui accompagne nos existences, qui reflètent des thématiques et des situations ou difficultés que l’on a tous connu dans notre vie. De la même façon que nous connaîtrons chacun des moments heureux, les moments plus difficiles à vivre arriveront également.


Personnellement ces cartes dites négatives ne me font (presque) plus peur. Alors, oui, quand l’une apparaît je sais que je vais avoir des moments peu glorieux et difficiles. Mais derrière chacune de ces cartes se cachent les plus grandes leçons que l’on peut vivre. Certaines cartes sont même devenues très familières pour moi et dans un sens réconfortantes puisque je sais désormais comment les interpréter, comment les accepter et en tirer le meilleur parti.


Pour ce premier article sur ces cartes (oui autant être honnête, des cartes négatives il y’en a quelques unes dans votre paquet de Tarot donc on a du boulot avant de toutes les aborder), on va s’intéresser particulièrement à 2 d’entre-elles : l’Arcane sans nom car il faut crever l’abcès immédiatement pour celle-ci et le Diable car c’est l'une de mes cartes préférées.


#1. L’Arcane sans nom ou la carte qui a le plus souffert des mauvais film d’horreur des années 90


Ces films n’étaient pas tous mauvais, j’exagère un peu. Je ne vais pas commencer un débat non plus sur le réalisme des films en matière ésotérique …

Mais pour beaucoup d’entre nous avant de commencer à étudier en profondeur les cartes, nous avons l’image d’une voyante un peu perchée qui, pendant une nuit de pleine lune et d’orage un soir d’Halloween (tant qu’à faire), prédit la mort de l’ensemble d'une adorable famille en tirant cette carte… Je peux comprendre le traumatisme.


C’est LA carte que l’on redoute tous d’avoir quand on débute. Même quand on avance un peu plus dans l’étude du Tarot, cet arcane peut rester inconfortable à sortir.


Déjà si vous n’avez encore jamais débuté le Tarot et que vous sortez cette carte, ne paniquez pas (bon, il suffit juste de se référer au livret accompagnant votre jeu pour éviter la crise d’angoisse, généralement on lâche un “ouf” de soulagement : non, personne ne va mourir.).

Pour le côté basique l’Arcane sans nom c’est la carte n°13 du Tarot, surnommée La Mort dans les films le plus souvent car pour les anglophones elle est appelée The Death.

Comme je vous le disais elle n’annonce la mort de personne. En revanche, elle reste annonciatrice d’une mort, mais symbolique. Il s’agit de la fin de quelque chose : la fin d’une relation, d’une situation, d’un travail.

Alors sans être une carte maudite, elle reste néanmoins en rapport avec des évènements qui ne seront pas joyeux à vivre. C’est la vie. Et c’est exactement l’esprit de cette carte : la vie est faite de haut et de bas, de fin et de renouveau, de mort et de naissance.

Cet arcane nous apprend à appréhender cette réalité qui est vieille comme le monde. Le monde fonctionne ainsi mais c’est dur pour nous de l’admettre et nous passons notre vie à vouloir éviter ces notions de fin ou de mort.


L’Arcane sans nom n’est pas juste là pour vous mettre le moral à 0 en vous annonçant la fin de quelque chose. Elle est ici pour vous apprendre une leçon essentielle et fondamentale : toute chose a une fin, mais rien ne meurt tout se transforme. C’est un cycle. Les choses doivent se finir pour que d’autres puissent naître, voir le jour. Vous devez dire au revoir à une personne que vous avez aimé mais avec qui plus rien n’est possible pour voir venir un nouvel amour.


Cet arcane 13 a une énergie transformatrice très puissante. Savoir l’interpréter et en faire un allié est une force énorme. En acceptant ce qui est inévitable vous accompagnez les changements.

Cela reste douloureux dans la plupart des cas mais l’Arcane sans nom est réconfortante car elle vous enseigne que les choses vont se renouveler.


#2. Le Diable ou la carte du tête à tête avec soi-même


Cette carte, je l’adore. Je sais que cela peut paraître très étrange mais en connaissant parfaitement cet arcane, vous pouvez en faire un très bon allié, autant que l’Arcane sans nom.


Le Diable n’est pas du tout l’ange déchu qui va venir vous posséder en mode l’Exorciste (et pour les fans de série, ce n’est malheureusement pas non plus Lucifer qui va venir vous rendre visite…). Encore une fois, le Tarot est très symbolique. Nous avons tous nos propres démons, et c’est de cela qu’il s’agit.


Le Diable est l’arcane n°15. Il se réfère basiquement à des addictions auxquelles on peut être sujet, des relations toxiques ou malsaines que l’on entretient dans nos vies, des comportements destructeurs ou schémas de pensées négatifs également. Nous n’agissons pas sur ces mauvais aspects de nos vies car nous nous concentrons sur la satisfaction immédiate qu’ils nous procurent en négligeant la destruction que cela implique sur le long terme.

C’est la carte de la tentation, du matérialisme et de la luxure (ce qui pourrait être sympa mais pas dans ce contexte).


À ce moment de votre lecture, certains peuvent se demander en quoi exactement je peux adorer cette carte et si je n’ai pas perdu l’esprit ?


Déjà, non, tout va bien. Ensuite, c’est une carte très personnelle je trouve, une des plus personnelles selon moi car on va directement taper là où ça fait mal. On est en tête à tête avec soi-même, il n’y a rien à cacher au final et c’est libérateur. Le processus peut être très difficile en fonction de ce qui résonne en vous.


Pourquoi je l’adore ? Parce que dès qu’elle sort, je sais exactement à quoi elle se réfère. J’ai appris à ne pas me cacher avec mon jeu et je sais pertinemment sur quel chemin glissant je me trouve quand je tire le Diable. C’est ma sonnette d’alarme. Elle est là pour moi et me faire de grands signes, quand personne d’autre n’est là pour le faire ou me retenir.

Le Diable intervient souvent pour moi (tout le temps) pour des schémas de pensées négatifs ou des comportements destructeurs (le stress, les angoisses, les insomnies, le surmenage du travail…). Je sais à quoi m’attendre.


Pour mettre de votre côté cette carte "négative" il faut être honnête avec vous-même. C’est un arcane qui n’est pas là pour vous juger, vous êtes seul face à votre jeu. Le Diable tire la sonnette d’alarme, il faut passer à autre chose sans céder à la tentation de vous laisser aller. C’est difficile, mais une fois que vous savez comment interpréter cet arcane et comment travailler avec, c'est un véritable allié.


En bref :


Aujourd'hui je m'attaquais à 2 grandes cartes redoutées du Tarot. Dans un prochain article je verrais en détail avec vous l'interprétation d'autres arcanes jugés "négatifs".

Pour conclure, chaque arcane du Tarot a un côté négatif et un côté positif. L'enjeu est de cerner l'équilibre et la balance que nous enseigne chaque carte. Aucune lame n'est entièrement négative ou positive et c&#